Le vin bio : une expérience étonnante !

A l’époque actuelle, le slogan est de consommer bio. Les produits à base d’OGM ou d’autres intrants artificiels sont souvent bannis des marchés. Ils peuvent présenter un danger pour les consommateurs à cause des produits chimiques utilisés abondamment pour augmenter la productivité. C’est pourquoi le vin bio commence à supplanter le vin classique.

Généralités sur le vin bio

Le vin bio provient obligatoirement des vignes cultivées à partir d’une expérience étonnante mais probante. Le viticulteur doit respecter les réglementations strictes de l’agriculture biologique. L’originalité de ce mode de production se trouve dans le recours à des pratiques culturales et d’élevage qui respectent les équilibres naturels. Pour préserver cet équilibre, la culture biologique exclut l’usage des OGM, des produits chimiques de synthèse et limite l’emploi d’intrants. La culture de la vigne doit être respectueuse de la nature. Elle doit appliquer des doses strictes pour certains composants ajoutés. Par exemple, l’utilisation de polyvinylpolypyrrolidone, cliquez ici pour savoir ce que c’est, dans les vins classiques est interdite dans les vins bios. Ce composant sert à éliminer le goût amer du vin classique. Une vigne cultivée dans un terroir sans potasse a également une meilleure acidité par rapport à une vigne saturée d’engrais chimiques. Il s’agit de la minéralité d’un vin bio provenant de la nature même du sol (calcaire, argilo-calcaire).

vin-bio

Les caractéristiques d’un vin bio

Tout d’abord, le vin bio a un goût légèrement plus amer. Côté prix, le vin bio est plus coûteux que le vin classique (plus de 20 % par rapport au vin traditionnel). Le vin bio bien fait offre une maturité savoureuse et plus digeste. Dès son entrée dans la bouche, vous sentez un volume particulier et inhabituel qui n’est pas basé sur l’alcool, mais sur une densité de saveurs. Le vin bio provient des raisins de qualité dont la plante a suivi un cycle végétatif lent et régulier. Il n’est jamais brûlant ni sucré, contrairement à la majorité des blancs secs. Les grands vins bios ont souvent un degré d’alcool un peu plus bas que la moyenne.

Pour différencier un vin bio d’un vignoble à autre, certains paramètres sont pris en compte. Il y a les producteurs, les millésimes, les appellations ou les cépages. Les producteurs qui cultivent sur un grand terroir non traité et cultivé pourront fournir des vins bios d’une puissante salinité. En effet, la vigne concentre plus de matières sèches, des minéraux. Cette touche saline se ressent surtout dans les vins blancs. Elle ne concerne pas seulement des vins de la vallée d’Alsace ou de la Loire, mais aussi du Languedoc, du Rhône et du Roussillon. Quant aux vins rouges bios, vous remarquez la présence en bouche d’une expression florale. Vous ne sentirez cette note florale que très rarement dans les rouges provenant de la viticulture classique. Dégustez les syrahs de Thierry Allemand, un vigneron bio, vous constaterez que c’est la violette ou l’iris qui dominent. En goûtant les syrahs de Cornas, au nord de la vallée du Rhône, les connaisseurs sentiront certaines saveurs très particulières, des notes de goudron ou de suie.